Tour à bois à ficelle et pédale

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Date de fabrication : 
Avant 1957
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
20661-0001-
Classification : 
Objet grandeur réelle
Matériaux : 
Bois Fer
Dimensions : 
105 x 208,5 x 46,5 cm, 52 kg
Date d'entrée : 
1957

Comment mettre en rotation une pièce en bois pour l'usiner et lui donner une forme cylindrique, lisse et régulière ? Diverses solutions ont été trouvées depuis les premiers tours, imaginés par les Égyptiens, 3 000 ans av. J.-C.

Tourner en gardant les mains libres
Dans l'Antiquité, l'artisan a un apprenti qui fait tourner la pièce au moyen d'une corde enroulée autour de l'axe de rotation, ou bien il fait tourner la pièce lui-même grâce à la corde d'un arc enroulée autour de la pièce, mais il n'a plus alors qu'une main disponible.
Au Moyen ge, le menuisier n'a pas besoin d'assistant et peut tenir l'outil à deux mains, grâce au pédalier. Il enroule autour de la pièce de bois une corde qu'il attache en haut à une perche et en bas à une pédale. C'est le principe du tour présenté ici.

Du mouvement alternatif au mouvement continu
Les tours à perche tournent dans un sens puis dans l'autre. Pour obtenir un mouvement continu, indispensable pour les lourdes pièces de bois, on adoptera un système de poulie relié à une roue actionnée par un apprenti. De nouveau le tourneur a besoin d'aide.
À la fin du XVe siècle, l'avancement de l'outil n'est plus confié aux mains de l'ouvrier, mais à un dispositif mécanique. L'ère industrielle approche...

(Cartel de l'exposition permanente)