Sites industriels à risque et société civile : une cohabitation délicate