« Scientifiction, Blake et Mortimer au musée des Arts et Métiers », une rétrospective inédite du chef-d’œuvre dessiné d’Edgar P. Jacobs

L’exposition Scientifiction, Blake et Mortimer au musée des Arts et Métiers plonge le visiteur au cœur de l’œuvre d’Edgar P. Jacobs, le créateur des personnages de Blake et Mortimer. Présentée du 26 juin 2019 au 5 janvier 2020, cette rétrospective témoigne de la vision résolument contemporaine de ce patrimoine unique du 9e art. L’originalité du parcours de visite repose sur un dialogue inédit entre une centaine de planches originales, des images extraites des bandes dessinées et près de soixante-dix objets conservés dans les réserves du musée des Arts et Métiers.
 

© 2019 - Éditions Blake & Mortimer / Studio Jacobs (Dargaud-Lombard s.a.) / Graphisme Philippe Ghielmetti

  Destinée à un large public, l’exposition offre de multiples explications, modes d’emploi, archives et citations. Entre illusion, jeu d’échelle et de lumière, le visiteur est propulsé dans un décor d’« opéra de papier » où science et fiction se jouent de l’espace et du temps. Il s’agit de la première exposition publique d’une sélection de plus d’une centaine de planches originales d’Edgar P. Jacobs préservées par la Fondation Roi Baudoin. En octobre 2019, l’intégralité des planches présentées sera renouvelée, proposant ainsi une deuxième lecture de l’exposition.
 
  Les quatre éléments (feu, eau, air, terre), souvent déchaînés contre les deux héros, servent de prisme à l’exploration des collections du musée. Le sabre foudroyé rescapé des expériences de « commotions électriques » en vogue à la fin du XVIIIe siècle résonne avec les cataclysmes météorologiques qui sévissent dans S.O.S Météores. Les câbles sous-marins qui assurent les premières liaisons télégraphiques transatlantiques n’ont rien à envier aux vestiges de la civilisation atlante découverts dans L’Énigme de l’Atlantide. Les modèles d’égouts parisiens et leur conception anthropomorphique trouvent toute leur place dans les méandres des sous-sols parisiens qui servent de décor dans L’Affaire du collier.
Hasard ou coïncidence ? Le modèle de moteur d’avion Turbo générateur de bord qui porte le nom d’Espadon rappelle étrangement l’arme révolutionnaire conçue par Mortimer dans Le Secret de l’Espadon. Il date de la même année que la parution de cette première aventure de Blake et Mortimer.
 
  C’est en effet dans le premier numéro de Tintin, paru en 1946, que les personnages du capitaine Francis Blake et du professeur Philip Mortimer voient le jour. Au fil des huit histoires imaginées par Edgar P. Jacobs pendant plus de vingt-cinq ans, le duo britannique affronte le terrible Olrik, l’ennemi juré, le mal absolu. Leurs aventures mettent en scène les inventions de leur époque, science et fiction se mêlant pour donner naissance à un « merveilleux scientifique », parfois visionnaire, confronté au péril annoncé de l’humanité.
 
  Aujourd’hui encore, les personnages de Blake et Mortimer bénéficient d’une notoriété remarquable. La série compte parmi les plus populaires dans le monde francophone, grâce notamment aux auteurs prestigieux qui prolongent l’œuvre d’Edgar P. Jacobs. Cette année, François Schuiten lui dédie un album, Le Dernier Pharaon, un nouveau regard sur cette bande dessinée historique, à paraître aux éditions Blake et Mortimer en mai 2019. Le catalogue de l’exposition, publié chez le même éditeur, propose une analyse de l’œuvre d’Edgar P. Jacobs par différents auteurs de renom. Des visites guidées, des visites scénarisées Dans le repère d’Olrik avec..., des ateliers, des conférences, des rencontres et des dédicaces rythment la programmation autour de l’exposition, autant de temps forts pour les bédéphiles de tous âges.