Quand le métro inspire les artistes