Quand la physique nous soigne