Moteur monocylindre à pétrole

Moteur monocylindre à pétrole De Dion-Bouton© Musée des arts et métiers, Cnam / Photo Sylvain Pelly
Auteur matériel
Georges Bouton, De Dion-Bouton, Jules Albert de Dion
Auteur intellectuel
Jules Albert de Dion
Date de fabrication
1895
Emplacement
Musée
N° inventaire
13170-0000-
Classification
Objet grandeur réelle
Matériaux
Acier Laiton Bois Aluminium Fonte Fer Porcelaine
Dimensions
58,5 x 52,5 x 49,5 cm
Date d'entrée
1899

En 1895, le marquis de Dion et son mécanicien Georges Bouton imaginent ce moteur monocylindre à quatre temps (admission, compression, détente et échappement) fonctionnant au pétrole. Si la soupape d’échappement est commandée, l’admission se fait au moyen d’une soupape automatique qui s’ouvre sous l’effet de la dépression créée par la descente du piston. L’allumage est à haute tension : à l’ouverture d’un rupteur, une bobine de Ruhmkorff chargée par une batterie libère son énergie électromagnétique pour produire un arc entre les électrodes de la bougie. Le moteur est refroidi par air grâce à de larges ailettes sur toute la hauteur de son cylindre et de sa culasse. Son aspect extérieur et sa conception interne traduisent une réflexion technique aboutie qui inaugure le règne d’un moteur à explosion fiable, résistant, peu encombrant, léger et puissant (1,5 chevaux pour 25 kilogrammes). Le succès de ce moteur ne se fait pas attendre : il équipe aussi bien tricycles, motocyclettes, automobiles, canots à moteur et même le dirigeable de Santos-Dumont.
Serge Picard. In : Dufaux, Lionel (dir.), Le Musée des arts et métiers. Guide des collections, Paris, Musée des arts et métiers - Cnam, 2013.