Modèle : Turbine à vapeur système Rateau de la Société minière du Haut-Katanga

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
J. Boudin
Auteur intellectuel : 
Auguste Camille Edmond Rateau
Date de fabrication : 
1912
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
14477-0000-
Classification : 
Modèle ou Maquette
Matériaux : 
Alliage ferreux Laiton Cuivre
Dimensions : 
65 x 91 x 67 cm, 190 kg
Date d'entrée : 
1913

Depuis la fin du XVIIe siècle, on sait utiliser la vapeur pour produire un mouvement alternatif, c'est le principe de la machine à vapeur. Mais comment faire pour obtenir un mouvement rotatif ? Parsons, De Laval, puis Rateau mettent au point, deux siècles plus tard, une turbine à vapeur, utilisable dans les centrales thermoélectriques et en navigation.

Comment ça marche
En 1896, Auguste Rateau prend un brevet pour une turbine à action, comme celle mise au point par De Laval en 1889. Mais alors que la turbine De Laval n'a qu'un étage, celle-ci présente une série d'étages de pression, six dans ce modèle, ce qui permet de détendre progressivement la vapeur et d'exploiter au mieux son énergie. Chaque étage comprend une couronne à aubes fixes distributrices où se fait la détente, puis un disque portant l'aubage mobile que la vapeur traverse à pression constante.

L'avenir de la turbine Rateau
Plus tard, Rateau imagine une turbine à trois étages dans laquelle on réserve le fonctionnement par action pour la haute pression, et la réaction pour les parties moyenne et basse pression. Les turbines utilisées actuellement dans les centrales thermiques, classiques et nucléaires, utilisent toujours la turbine Rateau pour l'étage de tête, celui où la vapeur arrive à haute pression.

(Cartel de l'expositon permanente)