Modèle : Première machine à coudre de Thimonnier

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
Pierre Clair
Auteur intellectuel : 
Barthélemy Thimonnier
Date de fabrication : 
1830
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
07955-0000-
Classification : 
Modèle ou Maquette
Matériaux : 
Alliage ferreux Bois Laiton Fibre indéterminé
Dimensions : 
55 x 21 x 33 cm, 3,5 kg
Date d'entrée : 
1867

Apprenti tailleur, passionné de mécanique, Barthélémy Thimonnier dépose en 1830 un brevet pour un "métier à coudre" qui coud six fois plus vite qu'à la main (200 points à la minute pour plus de 5 000 points avec les machines actuelles). Il fonde une entreprise pour la production de ses machines ; elles seront bientôt saccagées par 200 tailleurs en colère craignant pour leur travail. Leur inventeur mourra incompris et ruiné.

Les principes mécaniques
Parmi les nombreux brevets de machines à coudre déposés entre 1800 et 1840, se détachent ceux de deux véritables inventeurs, le Français Barthélémy Thimonnier, qui invente le couso-brodeur, machine à point de chaînette et à un fil, et l'Américain Walter Hunt, qui met au point les machines à point de navette à deux fils, le système toujours utilisé aujourd'hui.

Une entreprise de couture
Thimonnier ouvre un atelier peu après la révolution de 1830 pour répondre à une considérable commande d'uniformes militaires. Il emploie des femmes, mais aussi d'anciens soldats qui apprennent à se servir de la machine. Il s'agit d'habiller toute l'infanterie française, obligée à troquer le pantalon bleu pour le pantalon garance, par décret de Charles X !

(Cartel de l'exposition permanente)