Modèle : Métier original de Jacquard

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Auteur intellectuel : 
Joseph Marie Jacquard
Date de fabrication : 
1808
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
07641-0001-
Classification : 
Modèle ou Maquette
Matériaux : 
Bois Fonte Laiton Plomb Textile Fer Carton
Dimensions : 
131 x 91 x 49 cm, 18,58 kg
Date d'entrée : 
1866

En 1801, Joseph-Marie Jacquard a l'idée de combiner l'entraînement automatique du cylindre imaginé par le mécanicien Vaucanson pour son métier à tisser les façonnés, à des inventions lyonnaises du début du XVIIIe siècle, papier perforé de Basile Bouchon et cartons perforés de Jean Philippe Falcon.

Un système simple
La mécanique, placée au-dessus du métier, lit sur carton perforé la programmation du dessin à exécuter sur le tissu de soie. Les cordes, ou arcades, reliées aux fils de chaîne, sont levées par des crochets sélectionnés par des aiguilles selon que celles-ci rencontrent ou non les perforations du carton. Chaque coup du métier fait tourner le prisme de la mécanique et présente un nouveau carton. Le tisseur commande lui-même l'opération et se passe ainsi du tireur de lacs qui tirait les cordes sur le côté du métier. Ces paquets étaient parfois si lourds qu'il fallait jusqu'à trois personnes pour les tirer.

La mode des soieries et des façonnés
Simple à installer, la mécanique jacquard se diffuse rapidement dans toute l'Europe, conquise par la mode des soieries aux motifs élaborés, comme les châles cachemire dont certains exigeaient plusieurs milliers de cartons. La fabrique lyonnaise connaît un rayonnement important. Dans la région, de nombreuses entreprises fabriquent les machines nécessaires à la perforation tandis qu'un métier hautement qualifié naît, celui de liseur, capable de transcrire le dessin en une garniture de cartons perforés.

(Cartel de l'exposition permanente)