Modèle : Aciérie Martin de la Compagnie des Fonderies Forges et Aciéries de Saint-Etienne

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
J. Boudin
Date de fabrication : 
1912
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
14482-0000-
Classification : 
Modèle ou Maquette
Matériaux : 
Bois Métaux non ferreux Fer Carton Charbon
Dimensions : 
84 x 210,5 x 110 cm, 80 kg
Date d'entrée : 
1913

Le four à sole inventé par Pierre-Émile Martin en 1864 permet d'obtenir une coulée d'acier de bonne qualité à partir de fontes mêlées à des ferrailles de récupération. Le procédé exige des températures très élevées difficiles à atteindre, mais il est plus productif et plus simple à mettre en oeuvre que le procédé Bessemer.

Pour obtenir de hautes températures
Les hautes températures nécessaires sont atteintes grâce au chauffage au gaz de charbon, obtenu dans le gazogène et réchauffé dans les chambres de récupération situées sous le four. Ce système, breveté par William Siemens, est repris par Martin.

La supériorité de l'acier
Pour obtenir la nuance d'acier recherchée, on rajoute différents composants dans le four. L'acier fondu est coulé en lingots qui, démoulés, sont envoyés aux laminoirs puis transformés en profilés pour la construction, ou en rails de chemin de fer. L'essor du procédé Martin est d'ailleurs lié aux contrats avec les compagnies de chemin de fer qui échangent leurs vieux rails en fer contre des rails en acier. Cette industrie lourde assure l'essor des bassins sidérurgiques de Lorraine et de Saint-Étienne.

(Cartel de l'exposition permanente)