Lost in inventions│Épisode #3

Interférences

Bon retour parmi nous.

Hélas, nous allons commencer par une mauvaise nouvelle : il semble que des forces hostiles tentent de nous empêcher de faire repartir la course du temps sur Terre. Pour cette mission, nous allons devoir être beaucoup plus vigilants dans nos communications et utiliser un vieux langage chiffré, le code Chappe.

 


Pour nous assurer de votre identité, nous allons vous envoyer devant un modèle de télégraphe Chappe (vous devriez le reconnaître aisément en vous référant à l'illustration en haut de page)

Cliquer ici pour téléportation et revenez sur cette page pour vous identifier.

Regardez bien le télégraphe du musée.

A quel nombre (dans la planche de code que nous vous avons fournie) correspond la position dans lequel le télégraphe du musée se trouve actuellement ?
Si vous avez la solution, c'est que vous êtes bien notre agent sur le terrain.

Identification confirmée

Erreur d'identication !

Nous avons tout de même de bonnes nouvelles à vous annoncer: nos scientifiques ont détecté les coordonnées numériques d'un objet du musée qui pourrait être la cause de ces perturbations temporelles.
Pour éviter toute interception de nos communications, nous allons vous transmettre ses coordonnées en langage Chappe.
 


Notez les cinq chiffres obtenus puis entrez-les dans l'énorme base de données du musée que nos chercheurs vous mettent exceptionnellement à disposition. L'objet en question devrait alors apparaître...

Lien vers la base de données
Incompréhensible ! Cette montre dispose d'un cadran divisé en 12 heures d'un côté et en 5 heures de l'autre. C'est comme s'il existait une mesure du temps parallèle !!!
 
© Musée des Arts et Métiers, Cnam / Photo Michèle Favareille
En fouillant dans la base de données, relevez les coordonnées chiffrées d'une autre montre à cadran décimal
(vous devriez obtenir un identifiant du type 00000-0000).
Ce deuxième identifiant nous permettra de vérifier nos calculs ou nos hypothèses... 
 

L'identifiant donné ne semble pas correspondre...






C'est à peine croyable... Il semble que vers 1793-94, une journée n'était plus de 24 heures, mais seulement de 10. Mais que chaque heure était composée de 100 minutes, et chaque minute de 100 secondes.

Excellent travail.

Nous allons vous recontacter ultérieurement à la lumière de ces révélations. Tenez-vous prêt et n'oubliez pas de remplir les cases identifiants et adresse électronique pour recevoir les codes pour votre mission suivante.
ATTENTION : Les messages envoyés par la base peuvent être bloqués. Si vous ne recevez rien alors que vous avez saisi une adresse électronique valide, pensez à vérifier dans vos courriers indésirables !
Dans notre système, une journée est composée de 24 heures, chacune composée de 60 minutes, elles-même découpées en 60 secondes. Il y a donc 24x60x60 secondes dans une journée, soit 86 400.

Les secondes telles que définies à la Révolution Française devaient logiquement être plus courtes puisqu'il y en avait légèrement plus dans la même période de temps, un jour.

Comme un jour était découpé en seulement 10 heures, que chaque heure durait 100 minutes et chaque minute 100 secondes, il y avait donc 10x100x100 secondes dans une journée, soit 100 000 !

84 600 / 100 000, allons, un petit effort...

Excellent travail.

Nous allons vous recontacter ultérieurement à la lumière de ces révélations. Tenez-vous prêt et n'oubliez pas de remplir les cases identifiants et adresse électronique pour recevoir les codes pour votre mission suivante.
ATTENTION : Les messages envoyés par la base peuvent être bloqués. Si vous ne recevez rien alors que vous avez saisi une adresse électronique valide, pensez à vérifier dans vos courriers indésirables !

Avez-vous bien retranscris les signaux Chappe?

CAPTCHA
Cette question permet d'éviter que le formulaire puisse être utilisé pour du "spam".
2 + 15 =
Merci d'indiquer le résultat du calcul.
*Champs obligatoires