Locomotive à vapeur articulée de type 030-030 Mallet

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
Paul Emile Duhanot
Auteur intellectuel : 
Anatole Mallet
Date de fabrication : 
1913
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
14524-0000-
Classification : 
Modèle ou Maquette
Matériaux : 
Cuivre Laiton Fer Acier Bois Sable
Dimensions : 
50 x 102 x 37 cm, 29,54 kg
Date d'entrée : 
1914

En appliquant aux locomotives le moteur à double expansion ou compound déjà utilisé dans la marine, Anatole Mallet permet aux chemins de fer à vapeur d'atteindre une puissance colossale. L'idée donne lieu néanmoins à un intense débat technique ; certains réseaux ferroviaires l'adoptent, d'autres s'y refusent.

L'invention de la "boiteuse" à cylindres inégaux
Anatole Mallet, ingénieur suisse installé en France, applique la machine compound à une locomotive en 1876. Jusqu'alors, la perméabilité à la chaleur des cylindres de machines à vapeur entraînait une perte importante d'énergie. En utilisant des cylindres inégaux, étroits à haute pression ou larges à basse pression, dans lesquels la vapeur travaille alternativement, la locomotive compound, surnommée la "boiteuse", économise de l'énergie et augmente la puissance de traction.

Compound ou simple expansion ?
Les locomotives compounds à deux, puis à quatre cylindres, sont cependant difficiles à manier. Instables dans les vitesses élevées, elles demandent une grande finesse de conduite de la part de mécaniciens qualifiés. De nombreux réseaux préfèrent les locomotives à simple expansion (cylindres égaux). Aux États-Unis, où les lignes sont souvent accidentées et à courbes de faible rayon, des locomotives compounds géantes de plus de 300 tonnes sont bientôt construites, pour tracter des trains lourds.

(Cartel de l'exposition permanente)