Le chemin de fer : condamné à la vitesse ?