Image
Visuel Sans les mains. Crédit : La Ferme du Buisson, Emile Ouroumov

Filipe Vilas-Boas

Filipe Vilas-Boas

Expositions temporaires - Installation artistique

Du 24 janvier au 7 mai 2023

le dimanche, mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samediDu Mardi 24 janvier 2023 au Dimanche 7 mai 2023
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -

Tarifs billet unique (permanent et temporaire)
Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 9 € (étudiants, seniors, familles nombreuses, Navigo)
Gratuité pour les moins de 26 ans, les enseignants, les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires des minima sociaux, le relais du champ social, les personnes en situation de handicap et accompagnateurs, etc.
Gratuité pour tous : les 1ers dimanches du mois et les vendredis de 18h à 21h 
Plus d'info sur les tarifs

Église

Véritable « lieu d’émerveillement », l’ancienne église de Saint-Martin-des-Champs mêle harmonieusement collections techniques et architecture médiévale.

INSTALLATIONS ARTISTIQUES

Dans le cadre de l'exposition Permis de conduire ?, l’artiste Filipe Vilas-Boas présente, à partir du 24 janvier 2023, deux œuvres : Sans les mains, des volants fantomatiques lévitant dans l’espace comme des reliques postindustrielles, et Entropophone, qui transforme le périphérique en orgue de barbarie.

Sans les mains, 2022

Image
Visuel Filipe Vilas-Boas Ferme du Buisson Emile Ouroumov
© Ferme du Buisson - Emile Ouroumov

Des volants fantomatiques s’agitent seuls au mur. Sans moteurs ni carrosseries, ils semblent léviter dans l’espace comme des reliques post-industrielles. Trophées d’une époque révolue, dénués de leur enveloppe de verre et de métal, ils suivent néanmoins chacun leur route. Objet phare du siècle dernier, l’automobile — nous dit-on — combinée à la cybernétique est en train de passer entre les mains des machines.

Se conduire deviendrait obsolète ? La perspective de détacher certains humains de la toxicité des rapports de domination et de la compétition sociale qui semble ressurgir chez eux au volant peut effectivement s’avérer un élément pacificateur de l’espace public. Il n’en reste pas moins que, le fait de céder littéralement le volant à la technique est hautement symbolique.

L’occasion rêvée de faire un exercice de prospective en interrogeant au passage notre présent, notre (im)mobilité et le chemin que prend notre société de plus en plus automatisée.

Entropophone, 2022

Image
Visuel Entropophone Filipe Vilas-Boas
© Filipe Vilas-Boas

Transformer le périphérique en orgue de barbarie ? C’est ce que propose Filipe Vilas-Boas dans cette nouvelle œuvre, en cours de création et présentée pour la première fois.

L’artiste trace une ligne imaginaire et utilise chaque véhicule qui la traverse pour composer automatiquement une mélodie, dissonante ou harmonieuse.

Filipe Vilas-Boas est un artiste né au Portugal en 1981. Il vit et travaille à Ivry. Artiste conceptuel jouant de la porosité entre les mondes IRL et URL, ses créations combinent récupération, détournement et nouveaux médias. Il explore en particulier les accès et les excès du numérique et tente d’en matérialiser les implications éthiques et esthétiques.
Artiste autodidacte, sa pratique a débuté en 2008 avec des interventions dans l'espace public. La même année, il commence à exposer entre autres à la FIT Freie Internationale Tankstelle à Berlin. Dès 2014, il participe à Nuit Blanche avec une voûte céleste interactive au sein de l'église Saint-Eustache. En 2015, il présente sa première exposition personnelle à la galerie Flaq à Paris et participe au Musée Passager. Son travail a été souligné au sein de deux éditions du livre Portuguese Emerging Art en 2018 et 2019. Il expose aujourd'hui régulièrement ses œuvres en France et à l'international.
Dernièrement, ses installations, vidéos et performances ont été mises à l'honneur dans divers événements artistiques et numériques comme la Conférence internationale sur l'intelligence artificielle à l'UNESCO, la Semaine de la langue française et de la francophonie, la Biennale Siana, la Biennale Némo au CENTQUATRE et au musée des Arts et Métiers, au Teatros del Canal à Madrid, au ADAF à Athènes, au Share à Turin, à la galerie Zaratan, au MAAT Museum à Lisbonne, au CCBB Belo Horizonte au Brésil et au Tate Modern à Londres.