Chambre photographique dite "Le Touriste"

Droits réservés – Pour tout usage consulter la banque d'images
Auteur intellectuel : 
Ernest Théophile Enjalbert
Date de fabrication : 
1880
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
17223-0000-
Classification : 
Objet grandeur réelle
Matériaux : 
Bois Émail Fer Laiton Verre Papier Carton
Dimensions : 
22 x 22,6 x 31 cm, 1,7 kg
Date d'entrée : 
1926

E. Enjalbert dépose en 1880 un brevet pour une chambre noire dite "Le Touriste". Sa particularité réside dans son caractère pliant et son "châssis-boîte" contenant plusieurs plaques.

L'accessibilité technique du médium
L'opérateur n'a plus qu'à se procurer des plaques au gélatino-bromure d'argent et à opérer ses prises de vue, sans se soucier de leur préparation ni de leur développement, qu'il peut désormais confier au photographe professionnel.

Le tourisme photographique
Les chambres pliantes, que l'on qualifia aussitôt de "touristes", s'inscrivent dans la pratique de la photographie instantanée, aux côtés des "détectives", "jumelles" et des appareils "espions". Réductions des chambres photographiques d'atelier, elles nécessitent l'usage d'un pied et évoluent selon le type particulier des "foldings-cameras", qui se situent entre l'appareil à main et l'appareil sur pied. Elles accompagnent le développement du tourisme à la fin du XIXe siècle.

(Cartel de l'exposition permanente)