Avatars, humains et machines

Avatars, humains et machines

Colloques et séminaires
Colloques et séminaires - Saison 2017-2018
Saison 2017 - 2018
-
-
-
-
-
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles.
Inscrivez-vous sur la liste de diffusion pour recevoir les programmes et être informé dès l'ouverture des inscriptions. 

Salle de conférences

À proximité immédiate du parcours de visite du musée, la salle de conférences est plus particulièrement dédiée aux colloques et conférences.
Un parcours éclectique de quelques romans et films de science fiction autour des avatars, des machines et des humains.
Image
Visuel séminaire SF
L'Homme en guerre
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Alain Mercier

Conflits, rivalités, convergence, parfois libre arbitre ou déterminisme… Des scénarios qui ne cessent de nourrir un imaginaire aujourd’hui incarné par les êtres nés de la culture numérique.

Autrement dit, comment penser l’émergence des machines intelligentes au-delà des utopies et des dystopies, en interrogeant les rêves inédits des interfaces humains-machines.

Pour la saison 2017/2018, Milad Doueihi présente un cycle de 6 conférences autour du thème Avatars, humains et machines, l'occasion de découvrir ou redécouvrir des ouvrages et films emblématiques de la science fiction.

 
Milad Doueihi, historien des religions, auteur notamment des ouvrages Pour un humanisme numérique (Seuil, 2011), Rivages numériques (co-écrit avec Edouard Geffray, à paraître fin 2017) et L’imaginaire de l’intelligence (Seuil, à paraître en 2018).

Programme de la saison 2017/2018

• Jeudi 28 septembre 2017, de 18h30 à 20h :
Introduction. Rythmes des évolutions

Image
Presse Marinoni
L’univers de Dune, riche et complexe, présente un point de départ idéal pour une interrogation autour du statut de l’évolution et de ses rythmes, à l’âge des machines. 

Les thèses de Samuel Butler dans son Darwin et les machines (inspiration directe du Jihad Butlérien, épisode du roman de Frank Herbert) nous invitent à mieux saisir les rapports entre la technique et le corps humain, la gestion du temps et ses effets sur le social. Elles analysent aussi les mutations des machines vers une autonomie, sources d’interrogations critiques, voire d’angoisses concernant le statut de l’humain. 

L’enjeu, mis en scène dans le roman et ses adaptations, n’est autre que l’écart perçu entre la lenteur de l’évolution humaine et l’accélération potentielle de l’évolution des machines, portée de nos jours par le numérique. Cette différence de rythmes est aux origines des considérations culturelles, comme dans le cas de F. Hayek, ou de certaines utopies transhumanistes. 


Visuel : Presse typographique rotative à plieuse Marinoni, 1880-1886
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Michèle Favareille
S. Butler, Darwin et les machines
F. Herbert, Dune
Dune de Jodorowsky

• Jeudi 23 novembre 2017, de 18h30 à 20h :
La Fabrique des Dieux

Image
Masque pour spectacle de fantasmagorie
Masque pour spectacle de fantasmagorie, 1797-1850. Inv. 16521
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Philippe Hurlin


Le Seigneur de la lumière publié en 1967 et Prix Hugo 1968, est probablement le grand roman de Roger Zelazny. Colonisation, transfert d’identités, un monde habité par des divinités et des démons, des zombies… Dans un contexte façonné par l’Inde ancienne, ce roman est une allégorie de la subjugation et de la liberté, de l’exploitation et du libre arbitre.

Faut-il y voir un récit qui ne fait que reprendre la trame des Dieux et des Hommes ? Ou d'une vision qui inscrit le religieux au centre des débats concernant la technique, l’évolution et un éternel retour des conflits habités par la volonté et la ruse ?




Visuel : Masque pour spectacle de fantasmagorie, 1797-1850
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Philippe Hurlin
R. Zelazny, Seigneur de la lumière (Lord of Light)
W. Jon Williams, Aristoï

• Jeudi 7 décembre 2017, de 18h30 à 20h :
Langages du Metavers

Image
Visuel masque laboratoire
Visuel : Masque de laboratoire, 1700-1800
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Michèle Favareille


Snow Crash (Le Samouraï virtuel, 1992) de Neal Stephenson est un roman qui a fait époque ; il est le roman d’une époque. Entre le cyberpunk - ses réseaux de données, de fuites, de machines - et les Livreurs qui habitent cette contrée qui était Los Angeles, un virus se révèle être potentiellement un puissant créateur.

Est-il à l’origine des langues et de leur diversité qui a souvent fasciné les érudits d’antan ? A-t-il permis la naissance des religions ? Dans le Metavers, le virtuel ne suffit plus. Le digital prend toute sa puissance dans ce texte ironique, alimenté par la culture populaire et situé dans un décor cyberpunk sans faille.



Visuel : Masque de laboratoire, 1700-1800
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Michèle Favareille
N. Stephenson, Le Samouraï virtuel (Snow Crash)

• Jeudi 22 février 2018, de 18h30 à 20h :
Le Jeu du Monde

Image
Masque protecteur
Masque protecteur, Antoine Laurent Lavoisier (1743-1794)
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Philippe Hurlin

 

Le monde est-il un jeu ? Peut-être. Tout dépend de notre conception du jeu : jeu de langage à la Wittgenstein ; jeu de société, façon Goffman ; ou encore jeu numérique qui vient nourrir et façonner la fiction.

 

Cette réflexion autour du jeu se retrouve dans les premiers romans de Daniel Suarez (Daemon) ou les romans de science-fiction comme Halo : Cryptum de Greg Bear, qui racontent les pré-histoires des grands jeux en ligne.

 

Appelés « digifictions », ces ouvrages arpentent une nouvelle réalité, non pas celle des hommes et des machines, mais celle des jeux entre hommes et machines. Chemin faisant, ils construisent une critique sociétale lucide, à travers l’apprentissage et la dynamique des avatars mis en scène.

 
Les ouvrages :
D. Suarez, Daemon
G. Bear, Halo : Cryptum

• Jeudi 22 mars 2018, de 18h30 à 20h :
Le Vivant Posthumain

Image
Joueuse de tympanon, 1784, détail du mécanisme de la tête
Automate : Joueuse de tympanon, 1784, détail du mécanisme de la tête.
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo François Delastre  
Humain, post-humain ? Dans un texte dense, accompagné d’explications sur les aspects scientifiques exploités, ce roman cyberpunk aborde la condition post-humaine. Détaillant conflits et tensions, cet opéra de l’espace associe un autre espace, celui de l’intériorité, de la conscience, de ce qui, dans l’humain – ou faut-il dire le post-humain - échappe et résiste à toute digitalisation.

Ce roman singulier, à la fois difficile et lyrique, fragilise les genres et les styles au profit d’une vision d’un monde qui se cherche.
 
L'ouvrage : L. Korogodski, Pink Noise

• Jeudi 24 mai 2018, de 18h30 à 20h :
Enfance et Intériorité. Entre l’humain et la machine

Image
visuel avatars 24 mai
Pendule à planétaire, 1700-1800 © Musée des arts et métiers-Cnam/photo Michèle Favareille
Pour cette dernière conférence du cycle Avatars, humains et machines,  Milad Doueihi abordera dans un premier temps le thème de l’enfance et ses liens privilégiés avec la machine dans La stratégie Ender. Ce roman d'Orson Scott Card met en scène une histoire de malentendus entre jeunes et adultes et entre différentes espèces, dans une tragédie à grande échelle, qui se termine par une vocation de parler — de parler aux noms des morts et des disparus.

À travers Tron, il sera question du vocabulaire religieux (hérésie et orthodoxie) opposant humains et agents de la machine, ainsi que d'une situation inédite : l’accès de la machine à une intériorité, privilège supposé de l’humain.
Les ouvrages : O. Scott Card, La stratégie Ender (Ender’s Game)
Tron (1982)

Voir aussi

contenus exclusifs