Aéroplane Blériot XI

Aéroplane Blériot XI© Musée des arts et métiers, Cnam / Photo Michèle Favareille
Aéroplane Blériot XI© Musée des arts et métiers, Cnam / Photo Michèle Favareille
Aéroplane Blériot XI© Musée des arts et métiers, Cnam / Photo Michèle Favareille
Droits réservés - Pour tout usage, consulter la banque d'images
Auteur matériel
Alessandro Anzani, Blériot Aéronautique, Louis Blériot, Chauvière
Auteur intellectuel
Louis Blériot, Lucien Chauvière
Date de fabrication
1909
Emplacement
Musée
N° inventaire
14272-0001-
Classification
Objet grandeur réelle
Matériaux
Acier Bois Caoutchouc Alliage ferreux Textile Zinc
Dimensions
245 x 855 x 750 cm, 310kg
autre (Moteur): 60 kg (132,28lb.)
autre (hélice): 4,5 kg, 208 cm (9,92lb.)
Date d'entrée
1909

L’ingénieur centralien Louis Blériot fait fortune, au début du XXe siècle, grâce à son entreprise de phares pour automobiles. Passionné par l’aviation, il construit douze aéroplanes en une dizaine d’années, mais les piètres performances de ses premières réalisations lui valent le surnom de « l’homme qui tombe toujours ». Cependant, ce 25 juillet 1909, il a rendez-vous avec l’Histoire. À 4 h 41, il décolle de Sangatte (Pas-de-Calais) à bord de son Blériot XI. Au-dessus des flots, son aéroplane de 310 kilogrammes, 8 mètres de long et 7,20 mètres d’envergure est comme une grosse libellule maladroite. Son moteur Anzani à trois cylindres en éventail entraîne l’appareil à 60 km/h vers les falaises britanniques. En 32 minutes, l’homme et sa machine parcourent la distance entre la France et la Grande-Bretagne. Ce matin d’été, à 5 h 13, « l’Angleterre n’est plus une île » : Louis Blériot vient d’effectuer la première traversée de la Manche en avion.
Cédric Mastellari. In : Dufaux, Lionel (dir.), Le Musée des arts et métiers. Guide des collections, Paris, Musée des arts et métiers - Cnam, 2013.