Transports

Quelques millénaires nous séparent des premiers bateaux à voile, des chariots primitifs à traction animale. Il n'y a pourtant guère plus de deux cents ans qu'apparaissent, avec la machine à vapeur, les premiers véhicules à moteur. Toutes les étapes essentielles de cette révolution des transports, le Musée des arts et métiers nous les présente, sur terre, sur mer et dans les airs.

Avion n° 3 de Clément Ader, 1897. Inv. 13560.
© Musée des arts et métiers-Cnam/photo Michèle Favareille

La visite du Musée des arts et métiers s’achève par la découverte de la collection consacrée aux transports. Le développement de la mobilité s’est considérablement accéléré avec la révolution industrielle, faisant des transports l’un des secteurs économiques les plus dynamiques. Au milieu du XIXe siècle, la France se dote de réseaux complémentaires, essentiels pour le désenclavement de régions jusque-là isolées, désormais accessibles à l’aide des routes royales puis nationales, des canaux et des chemins de fer.
Pour la première fois, grâce aux voies navigables et aux lignes ferroviaires, il est possible de transporter des hommes et des marchandises rapidement et en grande quantité. La production industrielle s’en trouve stimulée, non seulement par les titanesques travaux nécessaires à la construction des infrastructures nouvelles, mais également par l’accès à de nouveaux marchés. Ces bouleversements sont très tôt soulignés par les collections, où l’on trouve dès les années 1830 des modèles de locomotives ou de moteurs de bateaux à vapeur.

Si le célèbre fardier de Joseph Cugnot figure en bonne place au Conservatoire dès 1800, il faut attendre le milieu du XXe siècle pour que l’automobile fasse son entrée au musée, à la faveur d’une présentation rétrospective. Plusieurs voitures Peugeot, Panhard et Levassor ou la fameuse Ford T rappellent l’éclosion de l’industrie automobile et la naissance du transport individuel motorisé, héritier de la vélocipédie.
Le Conservatoire fait en revanche honneur à l’aviation en suivant de près les exploits des pionniers : l’Avion no 3 avec lequel Clément Ader a tenté de décoller de quelques mètres est donné par l’inventeur en 1903. Le Blériot XI rejoint les galeries quelques semaines après la première traversée de la Manche par Louis Blériot, en 1909, suivi, quelques années plus tard, par le biplan Breguet. La conquête des airs a depuis changé d’échelle, l’homme envoyant dans l’espace fusées et satellites pour explorer les confins de l’univers.