Sphère du pendule de Léon Foucault

Droits réservés – Pour tout usage : consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
Paul Gustave Froment
Auteur intellectuel : 
Léon Foucault
Date de fabrication : 
1851
Emplacement : 
Saint-Denis, réserves
N° inventaire : 
08042-0001-
Classification : 
Objet grandeur réelle
Matériaux : 
Laiton Plomb
Dimensions : 
sans style, avec bague: 20 x 17 cm, 28,3 kg autre (diamètre du pas de vis): 0,9 cm
Date d'entrée : 
1869

Une simple sphère métallique suspendue à un filin. Si le dispositif expérimental mis au point par Léon Foucault à l’aube des années 1850 est des plus simples, il a permis de confirmer la rotation de la Terre sur son axe. Dès 1510, Nicolas Copernic expose sa théorie sur la nature héliocentrique du système solaire (les planètes tournent autour de l’étoile et la Terre tourne sur elle-même). Bien que fermement condamné par l’Église catholique, ce principe s’impose peu à peu, et l’un de ses plus fervents défenseurs n’est autre que Galilée. Mais si les milieux savants admettent que la Terre tourne sur elle-même, il faut attendre près d’un siècle pour parvenir à le prouver expérimen­talement, grâce aux travaux de Léon Foucault.

Fils d’un libraire-éditeur, ayant abandonné ses études de médecine pour s’adonner à sa passion des sciences physiques, Foucault se penche sur le moyen de prouver la rotation de la Terre. Il imagine pour cela un dispositif assez simple lui permettant d’observer l’incidence de cette rotation sur l’oscillation d’un corps. Une fois lancé, le pendule évolue, grâce à l’élan donné, dans un mouvement de va-et-vient. Une petite pièce métallique placée sous la sphère effleure un lit de sable, inscrivant la trace de son passage. Après quelques minutes, on constate un décalage des traces sur le sable, or la trajectoire du pendule n’a pas varié dans son plan d’oscillation : on peut donc en conclure que la Terre tourne sur elle-même.

En janvier 1851, Foucault installe son premier pendule dans la cave de la maison de sa mère, rue d’Assas, à Paris. Invité par François Arago, Foucault monte ensuite son pendule dans la salle de la Méridienne de l’Observatoire de Paris, puis sous la coupole du Panthéon. Curieux et journalistes se bousculent pour venir « voir tourner la Terre ». La sphère utilisée pour l’occasion était en laiton (inv. 08224). Quelques années plus tard, un nouveau pendule, en fer (inv. 08042), est installé dans le palais de l’Industrie, construit pour l’Exposition universelle de 1855. Ces deux pendules ont été légués au Conservatoire des arts et métiers par Foucault en 1869, en vue de leur installation sur le palier supérieur de l’escalier d’honneur. Vers 1890, on envisage la présentation du pendule dans l’ancienne église de Saint-Martin-des-Champs.

Lionel Dufaux, responsable des collections Energie et Transports.