Modèle : Presse typographique à vis métallique

Droits réservés – Pour tout usage : consulter la banque d'images
Date de fabrication : 
1700-1800
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
12124-0001-
Classification : 
Modèle ou Maquette
Matériaux : 
bois ; Alliage ferreux ; Textile
Dimensions : 
82 x 80 x 46 cm, 26,15 kg
Date d'entrée : 
1891

La presse à platine à deux coups constitue dès le XVe siècle, en Europe, la pièce maîtresse de l'atelier typographique qui assure l'essor du livre. Elle est en bois et permet de multiplier rapidement les tirages des pages de caractères ou les gravures.

Faire bonne impression
Le pressier pousse sous la platine le chariot portant la forme faite des pages assemblées de caractères mobiles, recouverte de la feuille de papier à imprimer. Il tire ensuite le levier de la presse, actionnant la vis qui provoque l'abaissement de la platine et la pression du papier sur la forme. La presse en bois est dite à deux coups car la pression n'étant pas suffisante, la page est imprimée en deux moitiés. Elle assure un tirage horaire de 700 feuilles.

Multiplier les tirages
Dans l'Europe de la Renaissance et de la Réforme, le livre imprimé devient le vecteur privilégié de la diffusion des idées nouvelles et des connaissances. Manuce à Venise, Plantin à Anvers ou Didot à Paris, les dynasties d'imprimeurs cultivent l'art de la lettre et multiplient les belles éditions.

(Cartel de l'exposition permanente)