Métier à tisser les étoffes façonnées de Vaucanson destiné à remplacer l'ancien métier à la tire

Droits réservés – Pour tout usage : consulter la banque d'images
Auteur intellectuel : 
Jacques de Vaucanson
Date de fabrication : 
1746
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
00017-0001-
Classification : 
Objet grandeur réelle
Matériaux : 
Bois Carton Laiton Plomb Textile
Dimensions : 
330 x 266 x 277 cm
Date d'entrée : 
1783

Jacques Vaucanson, célèbre dans toutes les cours d'Europe pour ses automates, est nommé en juin 1741 inspecteur des manufactures de soie. Il commence alors une tournée d'inspection des établissements et imagine des machines qui améliorent grâce à des dispositifs mécaniques le moulinage de la soie ou le tissage des tissus façonnés.

Cames, manivelle et vis sans fin
Le métier combine plusieurs recherches de Vaucanson : la programmation, la reproduction du mouvement humain et un système ingénieux de navette. Cette dernière, entièrement métallique, est saisie alternativement par des bras munis de pinces, fixés chacun sur un chariot de bois. La mécanique, le chasse-navette et le battant sont entraînés par des cames. Le tissu s'enroule régulièrement grâce à une vis sans fin.

Un automate à tisser
Véritable automate à tisser, le métier est entièrement mis en mouvement par une simple manivelle et transforme ainsi radicalement les gestes du tisseur. En 1747, Le Mercure de France rapporte : " On voit sur le métier l'étoffe se fabriquer sans aucun secours humain, c'est-à-dire la chaîne s'ouvrir, la navette jeter la trame, le battant frapper l'étoffe avec une justesse et une égalité que la main de l'homme ne saurait jamais avoir. " Restée à l'état de prototype sans descendance directe, cette mécanique inspire d'autres inventeurs, comme Jacquard qui la remettra en marche au Conservatoire des arts et métiers au début du XIXe siècle.

(Cartel de l'exposition permanente)