Engrenage cylindrique intérieur de Lahire, à denture hélicoïdale

Droits réservés – Pour tout usage : consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
Alexandre Clair
Auteur intellectuel : 
Philippe de La Hire
Date de fabrication : 
Avant 1872
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
08384-0000-
Classification : 
Objet grandeur réelle
Matériaux : 
Acier Bois Laiton Fer
Dimensions : 
65,5 x 44,5 x 34,5 cm, 9,2 kg
Date d'entrée : 
1872

Astronome et géomètre français, membre de l'Académie des sciences, Philippe de La Hire (1640-1718), est également physicien, naturaliste et peintre. Il est surtout connu par un théorème mathématique appliqué à la transformation d'un mouvement circulaire continu en un mouvement alternatif.

Des engrenages conçus sans calcul
Les engrenages sont les organes essentiels de transmission des machines depuis l'Antiquité. Ils prennent des dimensions considérables au Moyen ge dans les moulins et les horloges à poids. Le plus souvent en bois, fabriqués au jugé, ce sont les rouages d'une machinerie aux articulations trop lâches ou trop serrées, qui cognent et grincent. Pour tout remède, le " vieux oing ", graisse de porc fondue, qui limite l'usure ou la rupture.

Des dents qui se quittent "sans répugnance"
Au XVIIe siècle, des savants, comme Claude Perrault ou Huygens, étudient la forme que doivent prendre les dents pour rouler les unes sur les autres plutôt que glisser ou frotter. Cette question devient un problème de géométrie, résolu au mieux par White en 1794, qui reprend les travaux de La Hire. Les engrenages cessent d'être droits pour devenir hélicoïdaux, les dents prennent le profil légèrement incurvé d'une épicycloïde.

(Cartel de l'exposition permanente)