Cadil de l'an II

Droits réservés – Pour tout usage : consulter la banque d'images
Auteur matériel : 
Fourché
Date de fabrication : 
1792
Emplacement : 
Musée
N° inventaire : 
03248-0000-
Classification : 
Objet grandeur réelle
Matériaux : 
Laiton Verre
Dimensions : 
26 x 10,5 cm, 600g.
Date d'entrée : 
1848

Du bouillonnement d'idées du siècle des Lumières jailli-ront plusieurs innovations dont nous mesurons encore aujourd'hui la portée. Le kilogramme, le mètre, le cadil, nom originel du litre, sont les bases tangibles d'une nouvelle conception des mesures, des-tinée à faciliter les échanges commerciaux autant que scientifiques.

Les nouveaux étalons révolutionnaires
La loi du 18 Germinal an III (7 avril 1795) stipule dans son article 5 : "On appellera mètre, la mesure de longueur égale à la dix millionième partie de l'arc du méridien terrestre compris entre le pôle boréal et l'équateur ; [et] litre, la mesure de capacité, tant pour les liquides que pour les matières sèches, dont la contenance sera celle du cube de la dixième partie du mètre ; [...] gramme, le poids absolu d'un volume d'eau pure, égal au cube de la centième partie du mètre et à la température de la glace fondante."

De l'idée à la réalisation
Le principe d'uniformisation des mesures, adopté par l'Assemblée nationale le 8 mai 1790, marque le début d'une formidable opération mettant en jeu les plus grands savants et chercheurs de l'époque, pour aboutir à un système métrique qui demandera encore près d'un demi-siècle pour s'imposer sur le territoire français.

(Cartel de l'exposition permanente)