Expositions temporaires
Du 3 novembre 2015 au 20 août 2017
Collection permanente
Organisé en sept sections thématiques, le parcours de visite permet de découvrir les plus belles pièces de la collection du musée.
Entrée comprise dans le prix du billet Exposition permanente.

« Rénover un musée de la richesse de celui des Arts et Métiers est un pari audacieux, un véritable défi pour un architecte des musées »
 
Andrea Bruno, architecte de la rénovation du Musée des arts et métiers, mars 2000

Du 3 novembre 2015 au 20 août 2017, le Musée des arts et métiers propose un parcours en images retraçant l’histoire de la rénovation du Musée conduite dans le cadre des Grands Travaux de l’Etat français durant la décennie 1990-2000.
 
Une collection unique au monde
 
« Des bibliothèques et des musées formés avec choix, sont en quelque sorte les ateliers de l'esprit humain. »
Henri Grégoire, 22 germinal an II  (11 avril 1794)
 
L’abbé Grégoire propose en 1794 la création d’ « un Conservatoire pour les arts et métiers où se réuniront tous les outils et machines nouvellement inventés ou perfectionnés ». Installé dans les murs de l’ancien prieuré de Saint-Martin-des-Champs, au cœur du Paris des artisans et des petites industries, le Conservatoire allait devenir un grand établissement de recherche, de formation et de conservation du patrimoine technique. Le Musée connaît au XIX° siècle un grand rayonnement et l’église de l’ancien prieuré devient une galerie des machines en mouvement où l’on vient voir tourner la terre en observant les oscillations du pendule de Léon Foucault.
Mais la révolution de l’électronique et le poids des ans contribuent à une immobilité progressive qu’apprécient pourtant des promeneurs émerveillés tel Julien Green décrivant l’atmosphère presque fantastique des galeries du musée désertées par les visiteurs (Paris, 1983).

Une rénovation nécessaire

Une rénovation s’imposait, rendue possible par l’inscription de la rénovation des musées de l’éducation nationale dans le cadre des Grands Travaux de l’Etat. Durant de longues années une équipe pluridisciplinaire conduisit patiemment le chantier des collections, préalable au grand déménagement vers les réserves construites à la Plaine Saint-Denis par l’architecte François Deslaugiers.
A Paris, l’architecte de la rénovation le turinois Andrea Bruno propose un nouveau parcours qui met en valeur les anciens combles et une muséographie qui respecte la collection et les espaces de l’ancien prieuré. L’équipe du musée privilégie une pédagogie par l’objet à travers une présentation thématique et chronologique entièrement reconstruite.

L’église dont la restauration est conduite par l’architecte des Monuments Historiques, Bernard Fonquernie, est l’objet de vives controverses après la mise au jour des vestiges d’une basilique funéraire mérovingienne sous le sol de la nef. Finalement, c’est une église dans la splendeur de ses couleurs vives redécouvertes sous les repeints qui devient lieu d’émerveillement à la fin du parcours de visite et sert d’écrin à des objets spectaculaires comme l’avion de Louis Blériot ou la maquette au 1/16 de la statue de la Liberté de Bartholdi.

La restauration des peintures des encadrements des fenêtres hautes du chœur de l’église Saint-Martin-des-Champs, novembre 1998.
©Musée des arts et métiers-Cnam/Hugues Fontaine
Retour vers le futur
 
Quinze années après sa réouverture le Musée des arts et métiers met à l’honneur cette prodigieuse aventure dans un parcours en images et dans les films réalisés par Isabelle Clarke qui font revivre les transformations du « Louvre des techniques ». Musée de l’innovation, le Musée des arts et métiers reste ouvert sur de nouveaux futurs.

Les trois films suivants :
  • Arts et métiers, renaissance d'un musée, 2000, 11 minutes,
  • Le Louvre des techniques, 2002, 55 min
  • Les greniers de la découverte, 1997, 51 min
Ils seront aussi présentés dans la salle des collections du Forum des images accessible au public.

 

Pour se rendre aux Arts et Métiers, prendre le Nautilus…
En octobre 1994, les usagers de la ligne 11 du métro parisien découvraient une STATION-ARTS-ET-METIERS entièrement réaménagée à l’occasion du bicentenaire du Conservatoire national des arts et métiers. Conçue par François Schuiten avec la complicité de Benoît Peeters et mise en œuvre dans le cadre d’un partenariat avec la RATP, cette station évoque l’univers vernien du musée préparant ainsi le visiteur à la découverte d’un musée singulier , lieu d’éducation mais aussi de rêve et d’émerveillement.