Instruments scientifiques : objets phares

Comme tous les autres métiers, ceux de la science nécessitent des outils pour mesurer, informer, expérimenter. Le Musée des arts et métiers nous montre, à travers des collections remontant au XVe siècle, les apports constants des techniciens et des constructeurs d'instruments, dans le développement et la transmission du savoir scientifique.

C’est dans les cabinets de physique, apparus au milieu du XVIIIe siècle, que réside l’origine des collections d’instruments scientifiques du Musée des arts et métiers. Véritables salons mondains où se presse une société choisie, ces cabinets sont le théâtre d’expériences parfois spectaculaires qui témoignent de l’avancée des connaissances scientifiques au siècle des Lumières. À l’aide d’instruments ingénieux, généralement d’une remarquable facture, les savants parviennent à expliquer ce qui était jusque-là insaisissable, comme la mesure des longues distances, la chute des corps ou l’existence de l’électricité.

Aux côtés des astrolabes de la Renaissance prennent place les instruments que l’abbé Nollet puis Jacques Alexandre César Charles ont pu réunir dans leurs célèbres cabinets, en partie acquis par le Conservatoire des arts et métiers en 1807, parallèlement aux collections d’horlogerie de Ferdinand Berthoud. Cet ensemble prestigieux s’enrichit progressivement d’instruments provenant de l’Académie des sciences ou de grandes collections particulières.

À la fin du XVIIIe siècle, alors que les poids et mesures sont classés selon le nouveau système décimal, certains savants comme Lavoisier constituent les premiers laboratoires et définissent une démarche rigoureuse pour leurs travaux scientifiques. Cette science de laboratoire permet, à partir du milieu du XIXe siècle, d’entreprendre de grandes expériences parmi lesquelles la démonstration de la rotation de la Terre ou la mesure de la vitesse de la lumière, par Léon Foucault.

Mais la science se met également au service de l’industrie à travers d’innombrables applications, dans l’horlogerie, la marine ou l’optique. Dans les usines, les ateliers et les bureaux d’études, instruments de précision et machines électriques font une entrée massive pour accélérer les opérations de calcul ou les travaux d’observation. Le changement d’échelle des instruments au XXe siècle avec l’émergence de la Big Science et le développement de nouveaux secteurs de pointe comme la robotique, l’astrophysique ou l’imagerie médicale nous rappellent les défis qui se posent aux instruments scientifiques, et soulignent le chemin parcouru depuis l’astrolabe d’Arsenius.
12 objets

Anémomètre de Pajot marquant la direction et la vitesse du vent sur 2 bandes de papier

1734
Louis Léon Pajot d'Ons en Bray
(Auteur intellectuel)
Objet grandeur réelle
,
05608-0000-

Appareil de Sylvester

Avant 1869
Paul Gustave Froment
(Auteur matériel) ;
Sylvester
(Auteur intellectuel)
Objet grandeur réelle
,
08044-0000-

Astrolabe par Arsenius

1569
Rennerus Arsenius
(Auteur matériel)
Objet grandeur réelle
,
03907-0000-

Cadil de l'an II

1792
Fourché
(Auteur matériel)
Objet grandeur réelle
,
03248-0000-

Gazomètre de Lavoisier

1787
Objet grandeur réelle
,
07547-0001-001

Gyroscope

1852
Pierre Dumoulin-Froment
(Auteur matériel) ;
Léon Foucault
(Auteur intellectuel)
Objet grandeur réelle
,
07688-0001-

Horloge marine n°1 par Ferdinand Berthoud

1760
Ferdinand Berthoud
(Auteur intellectuel)
Objet grandeur réelle
,
01386-0000-

Machine arithmétique de Pascal à 6 chiffres sans sous ni deniers

1642-1652
Blaise Pascal
(Auteur intellectuel)
Objet grandeur réelle
,
00823-0001-

Microscope composé de Magny

1750-1760
Philippe Caffieri
(Auteur matériel)
Objet grandeur réelle
,
07453-0001-
S'abonner à Instruments scientifiques : objets phares